Retour

LES CLUBS DE LOISIRS

CULTURE-RENCONTRE ET PARTAGE
AVEC LES CLUBS.

Les clubs de l’amitié et les clubs féminins : Un peu d’histoire et beaucoup de convivialité :

De 1966 à 1973, LA COOPÉRATION FÉMININE et l’ACAJIF, Association des Clubs de l’Amitié Juifs d’Ile de France, ont mis en place à Paris et en Ile de France des dizaines de clubs de proximité pour rompre la solitude des personnes plus ou moins âgées, plus ou moins isolées ou encore marquées par un parcours historique douloureux.

Les rescapées de la Shoah venues d’Europe centrale ou d’ailleurs, rejointes par celles que le départ d’Afrique du Nord, toutes déracinées et développant un sentiment d’exclusion et de détresse morale, ont été aidées par des bénévoles de la COOPÉRATION FÉMININE formés par les professionnelles du FSJU, pour renouer un lien social et retrouver le goût de l’amitié , de la vie , des rencontres et du partage.

Réunis gracieusement dans des locaux communautaires, ces clubs ont été longtemps la marque de la COOPÉRATION FÉMININE. Les animatrices assuraient les échanges,  les partages sans oublier le traditionnel gouter.

Qui ne se souvient  pas d’une mère, d’une tante ou d’une cousine qui se préparait une fois par semaine pour aller au club, bavarder, reconstituer une vie sociale et retrouver l’ambiance qu’elles avaient connue dans leur pays d’origine, ou partager les coutumes et les us de chacune, surtout au moment de la célébration des fêtes juives. Certains clubs recevant femmes et hommes ont connu de grands moments de joie lorsque ces rencontres privilégiées se sont conclues par des mariages

Aujourd’hui, les clubs demeurent, davantage en banlieue que dans Paris, et la clientèle a sensiblement changé : les grands-mères sont devenues plus jeunes, plus dynamiques. Les femmes sont dans la vie active pour certaines, mais tiennent à ce rendez-vous qui leur permet une fois par semaine de participer à des activités de loisirs.

Aujourd’hui, il existe 5 clubs féminins et 25 clubs de l’ACAJIF avec plus de 700 personnes et cinquante animatrices .

Les activités proposées varient en fonction de la demande des adhérentes, des centres d’intérêt des animatrices de la région etc.. ; dans certains clubs, les conférences priment, dans d’autres, place à la danse (orientale surtout), pour d’autres encore la priorité sera donnée aux sorties, (musées, restaurants..)

De plus en plus, les clubs se regroupent pour les activités les plus intéressantes, et bon nombre de nos adhérents peuvent ainsi se rendre dans le club de leur choix le lundi pour certaines, le mardi, voire le mercredi ou le jeudi, pour d’autres.

Si les clubs féminins et ceux de l’amitié ont une grande similitude parce que la formation des animatrices est commune et concourent dans le même esprit, une différence les distingue. En effet, Les clubs  de l’amitié reçoivent une subvention annuelle du FSJU leur permettant de proposer de temps à autre une fête plus importante. En échange, les animatrices qui perçoivent de leurs adhérents une cotisation moindre se doivent de tenir une comptabilité irréprochable, et le cahier des dépenses et recettes est tenu par chaque animatrice de club avec une grande rigueur.

L’ACAJIF a une infrastructure légère pour aider les clubs : une Présidente bien sûr, une secrétaire générale et une coordinatrice à mi-temps qui assure le lien entre les animatrices et les adhérents.

© Coopération Féminine 2017